Vin Scully, Schaefer Beer

La bière est étroitement associée au baseball professionnel depuis les débuts du jeu, mais ce n’était pas initialement un mariage bien accueilli par les propriétaires. En fait, la Ligue nationale a déjà expulsé des équipes pour avoir vendu de la bière au stade de baseball. Mais au fil des ans, cette relation a changé et, avec le temps, le baseball est devenu un outil de marketing de premier plan pour les brasseries. Voici quelques exemples notables.

Dans les premiers jours du jeu, la bière était l’ennemi de la Ligue nationale. En fait, l’Association américaine d’origine — la « Ligue de bière et de whisky », comme elle a été surnommée par les potentats de la Ligue nationale — a commencé en 1882 après que plusieurs équipes ont été expulsées des Pays-Bas pour avoir vendu de la bière et du whisky au stade de baseball. Les propriétaires de NL recherchaient une image plus propre pour le jeu professionnel de baseball, et ce n’était un secret pour personne que la bière et le whisky attiraient une foule plus grossière au stade de baseball, bien qu’elle dépensait suffisamment d’argent pour maintenir les équipes à flot. Ou, à flot pendant un moment: l’American Association a fini par se replier en 1891.

Mais le mariage avec la bière finirait par être un coup de pouce financier pour les équipes de la MLB, au-delà des revenus des concessions. Les revenus des émissions de jeux à la radio et à la télévision ont augmenté, tout comme l’engagement financier des brasseries. Après la Seconde Guerre mondiale, l’Amérique a connu une consolidation parmi les petites brasseries, cherchant d’abord à étendre leur présence régionale, puis leurs achats nationaux. Et quelle meilleure façon d’atteindre un marché de masse de buveurs de bière dans les années 1950 et 1960 que par le parrainage de matchs de baseball?

Certains propriétaires de brasseries sont même allés jusqu’à acheter des équipes de baseball. Col. Jacob Ruppert a transformé les Yankees de New York d’un habitant de la cave à un mastodonte du championnat en utilisant les mêmes principes d’entreprise qu’il a définis lors de la gestion de la brasserie Jacob Ruppert& dans le quartier de Yorkville à New York. August « Gussie » Busch Jr. a transformé une brasserie régionale de St. Louis, Anheuser-Busch, en un géant national et en cours de route a acheté les Cardinals de St. Louis en 1953, la mettant sur un terrain financier solide, d’abord en achetant Sportsman’s Park, puis en poussant les dirigeants de la ville à construire un nouveau stade de baseball. Les trois terrains de baseball des Cardinals ont été appelés Busch Stadium, bien que Busch ait repoussé les limites lorsqu’il a essayé de nommer Sportsman’s Park Budweiser Stadium. À cette époque, les règles de la MLB interdisaient les droits de dénomination des entreprises, de sorte que Busch a contourné ces règles en créant une nouvelle marque, Busch Bavarian Beer, pour tirer parti du nom Busch en 1955. Il a acheté Sportsman’s Park à Bill Veeck et aux Browns de Saint-Louis, qui ont été vendus au propriétaire de la National Brewing Company, Jerold Hoffberger, et ont déménagé à Baltimore. La bière nationale Bohémienne (populairement connue sous le nom de « Natty Boh ») est devenue un sponsor majeur naturel pour les Orioles de Baltimore nouvellement frappés et les Sénateurs de Washington à proximité — le prix pour laisser l’équipe s’installer sur le territoire des Sens. Et plus récemment, Labatt Brewing Company était le propriétaire initial des Blue Jays de Toronto et a vendu au propriétaire actuel Rogers Communications en 2000.

Mais la plupart des brasseries travaillaient en collaboration avec des équipes, ne possédant pas alors. À cette époque, la relation entre la bière et le baseball était étroite. Lorsque WGN-TV a commencé à diffuser des matchs des Cubs et des White Sox en 1948, la personnalité sportive locale Harry Creighton était aux côtés de Jack Brickhouse pour promouvoir les annonceurs de bière — et même boire leurs produits à l’antenne, quelque chose que vous ne verriez jamais aujourd’hui. (Une des raisons pour lesquelles cela aurait été encouragé: en 1946, la moitié des téléviseurs vendus à Chicago ont été vendus à des tavernes. Beaucoup de gens qui regardaient Creighton en remettre un auraient probablement fait la même chose.) Le placement des sponsors n’était pas subtil — Une explosion Ballantine! Un Hibou Blanc !- donc les gens qui se plaignent de la commercialisation du baseball ces jours-ci ne se souviennent pas que la même chose se passait il y a 50 et 60 ans.

Ce qui a littéralement catapulté le mariage de la bière et du baseball aux heures de grande écoute, c’est l’essor de la télévision à la fin des années 1940 et 1950.Avant la télévision, la publicité pour la bière était un enfant de la radio, sponsorisant des émissions et des affichages de tableaux de bord.

Et lorsque ces brasseurs régionaux sont devenus nationaux dans les années 1950, la publicité pour le baseball était un élément de premier plan de leurs budgets de marketing. Lorsque les Twins du Minnesota ont fait leurs débuts en 1961, l’ours de Hamm était une composante essentielle des publicités télévisées lors des diffusions de matchs, avec le jingle de la bière de Hamm (« From the land of sky blue waters… ») faisant la promotion de la bière locale. La même année, à la télévision, la bière Narragansett sponsorise les Red Sox de Boston, Carling Brewing sponsorise les Indians de Cleveland, la brasserie Stroh sponsorise les Tigers de Detroit, la bière Schlitz sponsorise les Athletics de Kansas City, Falstaff Brewing sponsorise les Angels de Los Angeles et les Giants de San Francisco, Pittsburgh Brewing (bière Iron City) sponsorise les Pirates de Pittsburgh et Hudepohl Brewing sponsorise les Reds de Cincinnati (alors présentés comme les Redlegs). (Ironiquement, les Dodgers de Los Angeles n’avaient pas de sponsor de bière en 1961.) Voici quelques bières étroitement associées aux équipes de la MLB:

Tableau de bord du Polo Grounds

La bière Knickerbocker et les Giants de New York. Comme indiqué, le colonel Ruppert a fait fortune en tant que brasseur, mais il n’a poussé aucun mouvement de marketing majeur impliquant les Yankees et la bière Knickerbocker. Garder les deux entreprises séparées n’a peut-être pas été le meilleur jeu à long terme, et après sa mort en 1939, ses héritiers ont finalement été forcés de vendre la brasserie et les Yankees à des prix discount. Knickerbocker a fini par appartenir à sa rivale Rheingold Beer et est devenu un sponsor majeur des Giants de New York, le grand rival des Yankees à l’époque de Ruppert. Le tableau indicateur du Polo Grounds présentait un Bibelot tenant une bière et conseillant à la foule de « Prendre un bibelot. »Le diffuseur Russ Hodges disait aux fans « D’avoir un bibelot, de se sentir rafraîchi » dans le cadre d’un concours quotidien.

Tableau de bord du stade Shea

Rheingold Beer et les Mets de New York. Lorsque les Mets de New York se sont installés temporairement au Polo Grounds, Rheingold est devenu le principal sponsor du tableau de bord et a volé une page du playbook de Schaefer: le h et le e dans Rheingold s’allument pour indiquer un coup ou une erreur. Cette relation s’est poursuivie au stade Shea, où Rheingold a parrainé le tableau de bord de haute technologie de nouvelle génération.

Tableau de bord du Yankee Stadium

Ballantine Beer et les Yankees de New York. Après que les Yankees aient été vendus à Dan Topping et Del Webb en 1945, une autre brasserie s’est développée et a utilisé les Yankees comme un outil de marketing de premier plan. Les fans des Yankees ont certainement vu beaucoup de bière Ballantine, avec une annonce (« C’est un SUCCÈS! Bière Ballantine & Ale ») et son signe distinct à trois anneaux (représentant la Pureté, le Corps et la saveur) sur le tableau de bord du Yankee Stadium. Ballantine était également responsable de l »un des appels les plus célèbres du baseball: quand un Yankee serait homer, le diffuseur Mel Allen l »appellerait comme une « explosion Ballantine. » Ballantine avait même un jingle pour promouvoir sa relation avec le baseball :

Baseball et Ballantine
Baseball et Ballantine.
Quelle combinaison,
Partout dans le pays
Baseball et Ballantine!

Ebbets Field et la bière Schaefer

La bière Schaefer et les Dodgers de Brooklyn. Le tableau de bord du terrain Ebbets était célèbre pour son parrainage de bière Schaefer, avec le h et le e s’allumant pour indiquer un coup ou une erreur. La bière Schaefer, une institution de Brooklyn, avait été exclue des émissions d’Ebbets Field et des Dodgers de Brooklyn par Branch Rickey. Rickey, parfois appelé « le diacre » en raison de sa foi méthodiste, ne croyait pas à pousser la bière au stade de baseball. À son départ après la saison 1950, Walter O’Malley a signé Schaefer pour un parrainage de 3 millions de dollars, avec le tableau de bord interactif et de nombreux lancers sur les diffusions de matchs. Ci-dessus: un très jeune Vin Scully faisant la promotion des sponsors de la bière Schaefer et des grèves chanceuses.

Tableau de bord du stade Memorial

Gunther Beer et les Orioles de Baltimore. Même si le propriétaire de la National Brewing Company, Jerold Hoffberger, était propriétaire des Orioles, un rival contrôlait le tableau d’affichage du Memorial Stadium. En mai 1954, ce qui était présenté comme le plus grand tableau d’affichage au monde a été installé au Memorial Stadium à l’arrivée des Orioles, une décision souscrite par Gunther Beer. Divers slogans publicitaires ont été utilisés — « Quel est le bon mot? », « Quelle bière merveilleuse » et, enfin, « Hit le plus heureux de la bière », avec le HIT allumé (ou non) après une décision de pointage — mais Gunther a finalement été remplacé lorsque la brasserie a été vendue à Hamm’s. Finalement, National Brewing est devenu le sponsor du tableau de bord au Memorial Stadium.

Harry Caray et Budweiser

Budweiser et les Cubs de Chicago. Il n’y a pas si longtemps, les bières les plus vendues à Chicago provenaient du Wisconsin et du Minnesota, avec la Schlitz de Milwaukee, la Hamm de St. Paul, l’Augsburger de Huber et la combinaison de Style Ancien et d’exportation spéciale de G. Heileman parmi les leaders du marché. Tout cela a changé lorsque Anheuser-Busch a mené une offensive majeure pour renforcer la présence de Budweiser sur le marché de Chicago. Comment ont-ils accompli cela? En étant un sponsor majeur des émissions de Cubs sur WGN-TV et en enrôlant Harry Caray dans les efforts de marketing. Lorsque WGN-TV a commencé à diffuser les matchs des Cubs à l’échelle nationale sur le câble, le Wrigley Field a été présenté comme un nirvana baigné de soleil, ouvrant la voie à l’atmosphère de fête qui existe aujourd’hui. Le producteur Arne Harris n’a jamais manqué une occasion de montrer une jolie jeune femme dans les gradins en train de boire un Bud—shots toujours apprécié par Caray. Aujourd’hui, Budweiser est le principal sponsor de la bière de Wrigley Field.

Stade du comté

Miller High Life et les Brewers de Milwaukee. Si vous avez le temps, nous avons la bière, dit le jingle emblématique de Miller High Life. La ville natale de Miller Brewing a toujours eu une relation étroite avec les Braves de Milwaukee et les Brewers de Milwaukee, à la fois en tant que sponsor majeur de la signalisation et partenaire des droits de dénomination sur Miller Park. (Diable, vous pouvez voir la brasserie Miller depuis Miller Park.) Et lorsque Miller a cherché à promouvoir sa nouvelle bière Lite, le diffuseur des brasseurs Bob Uecker a été sollicité pour jouer dans plusieurs publicités télévisées. Uecker avait alors un profil national grâce à son exposition à la télévision, mais sa renommée a encore augmenté grâce à une ligne simple: « Je dois être au premier rang! »Les Brasseurs ont ensuite installé des sièges Uecker à vue obstruée au Miller Park, ainsi qu’une statue d’Uecker dans la toute dernière rangée de la section 422.

Aujourd’hui, vous avez encore des relations de longue date entre les brasseries et le baseball, comme Anheuser-Busch et les Cardinals de St. Louis. Mais aujourd’hui, Anheuser-Busch n’est qu’un rouage de la machine internationale AB InBev dont le siège social est situé en Belgique, et Miller Brewing fait partie de Molson Coors Brewing, dont les sièges sociaux sont situés à Denver et à Toronto. Aujourd’hui, vous êtes tout aussi susceptible de voir une brasserie régionale indépendante comme Summit Brewing bien représentée dans un stade de baseball de la MLB comme Target Field. Et bien que chaque stade de baseball de la MLB propose un bon assortiment de macrobrasseries et de microbrasseries, il est révolu le temps où les campagnes publicitaires nationales étaient construites autour de la bière et du baseball.