1805

Cette chronologie fait partie de nos gros plans sur : la campagne de Prusse et l’entrée de Napoléon à Berlin, 27 octobre 1806.
Fin Octobre / début novembre : Frédéric-Guillaume III, roi de Prusse et Alexandre, Tsar de Russie se rencontrent. Signature du soi-disant « Traité de Potsdam », un accord (secret) par lequel la Prusse présenterait un ultimatum à Napoléon: la France doit revenir à ce qui a été convenu à Lunéville, sinon la Prusse rejoindrait les alliés de la Troisième Coalition.

14 novembre: Le diplomate prussien, Haugwitz, quitte Berlin pour rencontrer Napoléon afin de lui présenter l’ultimatum.

28 novembre (7 Frimaire) : Haugwitz obtient enfin l’accès à Napléon (alors à Brünn en pleine préparation de la bataille qui approche). Cependant, le prussien ne présenta pas d’ultimatum mais plutôt une lettre du roi. Napoléon pensait que la Prusse n’avait pas encore décidé de quel côté soutenir. En conséquence, il envoya Haugwitz à Vienne continuer à négocier avec Talleyrand.

2 décembre (11 Frimaire) : Victoire de Napoléon à Austerlitz. L’empereur était maintenant en position de force pour parvenir à sa « paix glorieuse ».

3 Décembre (12 Frimaire) : Rencontre entre Alexandre Ier et François II.

4 Décembre (13 Frimaire)
Rencontre entre Napoléon et François II.

6 Décembre (15 Frimaire)
Signature d’un armistice avec l’Autriche.

10-12 décembre (19-21 Frimaire) : Signature du traité de Brünn.

10 décembre : La France signe un traité avec la Bavière par lequel la reçoit, en récompense de son soutien, un territoire supplémentaire et devient un  » royaume « .

11 et 12 décembre: La France a signé un traité similaire avec les souverains de Wurtemberg et de Bade, les premiers recevant une couronne royale, les seconds la dignité de Grand-Duc. Napoléon commençait son système d’alliance et de contrôle sur la troisième Allemagne (l’Allemagne entre la Prusse et l’Autriche).

15 décembre (24 Frimaire) : Signature à Schönbrunn d’une alliance offensive et défensive franco-prussienne sub spe rati (c’est-à-dire dans l’espoir que l’alliance soit ratifiée par le roi de Prusse): La Prusse devait céder Neuchâtel, Bayreuth et Ansbach et recevoir Hanovre, en fait une possession britannique mais occupée par les troupes françaises. En attendant après Austerlitz, la Prusse avait manqué l’occasion de présenter son ultimatum. Et donc, en position de faiblesse par rapport à la France, la Prusse n’a pas pris Hanovre mais l’a reçu en cadeau d’un tiers.

26 décembre (5 Nivôse) : Traité de Pressburg entre la France et l’Autriche: en cédant de nombreux territoires dans le royaume d’Italie et en cédant des territoires à la Bavière, au Wurtemberg, au Bade et à la France, la Maison d’Autriche a été considérablement affaiblie dans son influence sur l’Italie et l’Allemagne.

1806

3 janvier : Napoléon poursuit sa politique d’extension de son influence sur la Troisième Allemagne en signant une alliance matrimoniale avec la Bavière, épousant le 14 janvier son beau-fils et vice-roi d’Italie, Eugène de Beauharnais, à Augusta, fille du roi de Bavière. Le 8 avril, la nièce de l’impératrice Joséphine, Stéphanie de Beauharnais, épouse le prince héritier de Bade. À Berlin, un Conseil d’État s’est réuni pour discuter du traité de Schönbrunn et l’a modifié – le roi avait déjà barré les mots « alliance défensive / offensive » en les remplaçant simplement par « alliance ».

14 janvier : Haugwitz quitte Berlin pour Paris afin d’achever les négociations.

23 Janvier: En Grande-Bretagne, à la mort de William Pitt  » le jeune « , William Wyndham Grenville dirige le nouveau gouvernement, avec Charles James Fox (qui avait la réputation d’être pro-français) comme ministre des Affaires étrangères.

24 janvier : Retraite générale et démobilisation des troupes prussiennes, en particulier autour de Wurtzbourg.

26 janvier : Retour de Napoléon à Paris.

9 février : Napoléon donne une audience à Haugwitz, mais le traite froidement, le renvoyant brusquement en apprenant que les troupes prussiennes prenaient déjà possession de Hanovre.

15 février : Un nouveau traité est présenté à Haugwitz. Certaines clauses du traité du 15 décembre 1805 sont répétées mais d’autres impositions incluent: que la Prusse cède la forteresse stratégiquement importante de Wesel; qu’elle ferme ses ports aux marchandises en provenance de Grande-Bretagne et qu’elle déclare la guerre à la Grande-Bretagne. Ce traité a été ratifié par Frédéric-Guillaume III le 26 février.

22 février : Fermeture des ports français aux marchandises en provenance de Grande-Bretagne.

6 Mars: Dans un esprit d’ouverture et de détente, Fox envoie une lettre à Talleyrand, l’informant qu’un certain Guillet de La Gebrillière (arrêté puis relâché en Grande-Bretagne) projetait d’assassiner Napoléon.

27 mars : la Prusse ferme ses ports aux marchandises en provenance de Grande-Bretagne.

30 mars : L’Acte des Tuileries proclame officiellement Joseph, roi de Naples et de Sicile.

1er avril : Talleyrand répond favorablement à Fox en proposant une réunion de plénipotentiaires.

8 Avril: À la suite d’accords antérieurs entre la Grande-Bretagne et la Russie, Fox suggère à Talleyrand que la Russie participe aux discussions de paix entre la France et la Grande-Bretagne.

11 mai : La Grande-Bretagne déclare la guerre à la Prusse.

23 mai : Bientôt plénipotentiaire britannique, Lord Seymour, comte de Yarmouth, prisonnier de guerre à Amiens, est libéré par décret impérial afin de pouvoir diriger le parley.

24 mai : Signature du Traité créant le royaume de Hollande, remplaçant ainsi l’ancienne République Batave.

5 juin : Napoléon proclame son frère Louis Bonaparte roi de Hollande.

6 juin : Napoléon reçoit le nouvel ambassadeur de Turquie, Mouhib Effendi. Les relations diplomatiques entre la France et la Sublime Porte sont ainsi réactivées, Napoléon espérant que la Turquie fasse office de rupture avec la Russie.

14 juin : Arrivée à Paris de Lord Seymour, comte de Yarmouth, plénipotentiaire britannique (il était rentré en Grande-Bretagne pour recevoir ses lettres patentes). Il apporta avec lui la proposition de paix du gouvernement britannique.

1er juillet : La Prusse signe un traité d’alliance avec la Russie.

8 Juillet: Après deux mois passés à Vienne en discussion avec les ambassadeurs français et britannique respectivement, le chargé d’affaires russe, Oubril, est arrivé à Paris pour diriger les pourparlers côté russe. En Russie, le ministre des Affaires étrangères, Czartoryski, a offert sa démission pour être remplacé par le baron Budberg.

11 juillet : Afin de maintenir les négociations sur les rails, Talleyrand dit à Napoléon (à tort) que Yarmouth attend de Fox l’autorisation de donner la Sicile à la France (recherchée pour le royaume de Joseph de Naples). Au début des pourparlers, la Grande-Bretagne a refusé de discuter de l’acquisition de la Sicile.

12 juillet : Signature du Traité de Paris, portant création de la Confédération du Rhin (Rheinbund). Le traité devait être ratifié par Napoléon et les autres signataires le 19 juillet.

21 juillet : Malgré l’accord russo-britannique de négocier ensemble, Oubril est conduit par le général Clarke (qui avait remplacé Talleyrand) à signer un traité de paix franco-russe. Oubril était cependant bien conscient qu’il avait outrepassé ses instructions.

31 Juillet: Le gouvernement britannique envoie un négociateur plus ferme sous la forme de Lord Lauderdale, en soutien à Yarmouth. Étant donné que l’émissaire russe Oubril avait signé un traité séparé avec la France (offrant la Sicile), afin de ne pas en être sorti, l’émissaire britannique a apporté avec lui une nouvelle version du traité de paix franco-britannique. Les concessions du nouveau traité étaient: que la famille régnant sur la Sicile devait trouver d’autres territoires et des réparations; que la Grande-Bretagne accepterait non seulement le titre d’empereur français, mais aussi ceux d’autres nommés ou promus par Napoléon (afin que la Sicile puisse être prise par la France); que tous les gains de la France depuis 1797 seraient respectés; que les Bourbons seraient relégués en Écosse ou en Irlande; que tous les chefs chouans nommés par la France seraient transportés au Canada. Cela a été rejeté par Napoléon parce qu’il n’était (selon ses mots) « pas encore complètement mature. »

1er août : Les membres de la Confédération du Rhin déclarent qu’ils ne font plus partie du Saint-Empire romain germanique.
6 Août: François II a abandonné son titre d’empereur du Saint-Empire romain germanique.

9 août : Mobilisation des troupes prussiennes.

25 août : Sur ordre de Napoléon, Palm, libraire dans la ville libre de Nuremberg est exécuté pour avoir distribué un pamphlet encourageant la résistance allemande à Napoléon. Début des travaux sur la colonne Vendôme.

3 septembre : Napoléon apprend le refus russe de ratifier le traité de paix. Dans une lettre à son frère, Joseph, datée du même jour, l’empereur dit qu’il pensait que l’échec de la ratification était dû au changement de ministres en Russie. Dans la même lettre, il notait que l’empereur russe, Alexandre, n’avait donné qu’une seule raison: qu’il ne signerait pas sans la Grande-Bretagne.

9 septembre : Convention de mariage signée entre la France et le Wurtemberg, relative au mariage de Jérôme Bonaparte et Catherine de Wurtemberg (la cérémonie devait être célébrée le 22 août 1807).

12 septembre : Les Prussiens envahissent la Saxe pour la forcer à participer à la guerre à venir contre la France. Les Saxons devaient être les seules troupes à combattre aux côtés de la Prusse à Iéna.

13 septembre: Décès du ministre britannique des Affaires étrangères Fox, remplacé par Grey.
Napoléon ordonna à Berthier de se rendre à Wurtzbourg (plutôt qu’à Bamberg), donnant le même ordre aux corps commandés par Ney, Augereau et Davout.

20 septembre : Napoléon fait appel à ses alliés dans la Confédération du Rhin.
25 septembre : Napoléon quitte Paris pour rejoindre la Grande Armée.

28 septembre : Napoléon arrive à Mayence.

1er octobre : L’ambassadeur de Prusse Knobelsdorf remet à Talleyrand une lettre de Frédéric-Guillaume III pour Napoléon, qui contient l’ultimatum de la Prusse: Les troupes françaises devraient se retirer au-delà du Rhin et la Confédération du Rhin devrait être dissoute.

2 octobre : Napoléon arrive à Wurtzbourg où il rencontre les princes allemands.

4 octobre : Après un mois de négociations, Lauderdale présente aux négociateurs français un nouveau traité. La Sicile n’est plus sur la table et le ton général est beaucoup moins conciliant, ferme sachant que les Russes avaient déjà refusé de traiter. Bien conscient que ses propositions ne seraient pas acceptées, Lauderdale demande ses passeports et quitte la France le 9 octobre, les négociations n’aboutissant à rien.

7 octobre : Napoléon apprend l’ultimatum prussien. La veille de l’entrée en vigueur de l’ultimatum prussien, la Grande Armée se met en route pour Berlin.

8-11 octobre : Des soldats français traversent les vallées du Frankenwald.

8 octobre : Premier contact entre les troupes françaises et les Prussiens à Saalberg.
9 Octobre: À Schleiz, >La cavalerie de Murat, soutenue par la 3e division du corps de Bernadotte, bat un corps de Prussiens et de Saxons menés par Tauentzien. 400 Prussiens/Saxons ont été tués ou pris.

10 octobre : Défaite prussienne à Saalfeld, marquée par la mort du prince Louis, cousin de Frédéric-Guillaume III. Prise de Leipzig par Lannes et Suchet.

14 octobre : Double victoire française, Napoléon à Iéna, et Davout à Auerstedt.

15 octobre : Le roi Frédéric-Guillaume écrit à Napoléon pour exiger des conditions de paix.

16 octobre: La capitulation prussienne à Erfurt devant Murat.

17 octobre : Défaite prussienne à Halle devant Bernadotte.

22 octobre : Rencontre entre l’envoyé prussien Lucchesini et un Napoléon intransigeant.

23 octobre: Napoléon confisque les territoires prussiens entre le Rhin et l’Elbe, les États appartenant au duc de Brunswick, Hanovre et le territoire autour d’Osnabruck, donnant la Frise orientale au roi de Hollande. L’électorat de Saxe et la principauté de Hesse-Cassel sont placés sous administration française.

24 octobre: Capitulation prussienne à Potsdam

25 Octobre : Spandau capitule devant Lannes

26 octobre : Le corps de Davout entre dans Berlin, tandis que Lasalle et Grouchy prennent Zehdenick.
Napoléon médite devant la tombe de Frédéric le Grand.

27 octobre : Napoléon entre à Berlin.

28 octobre : Hohenlohe capitule à Prenzlau.

30 octobre : Stettin capitule devant la cavalerie du général Lasalle.

3 novembre : Napoléon adresse une proclamation aux Polonais les invitant à se lever.

7 novembre : Blücher capitule à Lübeck devant Bernadotte.

8 novembre: Capitulation de Magdebourg devant Ney.

16 novembre : Signature d’un armistice franco-prussien, non ratifié par Frédéric-Guillaume. Le 32e Bulletin de la Grande Armée annonce la fin de la campagne de Prusse.