Il y a cinquante ans, le 21 mars 1919, le seul gouvernement de type soviétique en dehors de la Russie prenait le pouvoir à Budapest. Pourquoi la Hongrie a-t-elle été pendant une courte période après la Première Guerre mondiale le seul pays communiste d’Europe centrale et pourquoi, après la Seconde Guerre mondiale, a-t-elle été le satellite le plus réticent de Moscou, comme l’a prouvé l’insurrection de 1956? Pour comprendre cela, il faut rappeler l’histoire d’une grande figure tragique, le comte Stephen Tisza, assassiné en 1918; un échec bien intentionné, le comte Michael Károlyi, mort oublié en exil en 1955, et un obscur fonctionnaire mineur appelé Béla Kun, qui a péri en Russie lors des purges de Staline en 1937.

La Révolution libérale en Russie, en mars 1917, a eu une répercussion immédiate dans la monarchie des Habsbourg. Une nouvelle ère a commencé. Le jeune Empereur-roi Charles, qui avait succédé à son grand-oncle François-Joseph en novembre 1916, et qui dès le premier instant était déterminé à mettre fin à la guerre, avec ou sans le consentement de son allié allemand, décida d’engager une politique de réforme démocratique de grande envergure, en particulier dans la moitié hongroise de sa Monarchie.